Back to top

De plus en plus de faux sites internet !

Auteur: 
GR
Source: 
ministère de l’économie, Europe Consommateurs, UFC Que Choisir

On peut distinguer plusieurs sortes de « faux sites » :

Les faux sites administratifs : ils détournent les procédures administratives en servant d’intermédiaire moyennant une rétribution supérieure à celle réclamée par les sites officiels (ex : 60€ de frais pour un duplicata de carte grise).

Exemples : demandes d’actes d’état civil, de permis de conduire ou de de carte grise, points du permis de conduire, etc. Ces sites ne sont pas illégaux mais utilisent abusivement les logos et couleurs des institutions publiques françaises ou internationales pour tromper l’internaute. Lire notre article de mai 2019 à ce sujet.

Dans tous les cas, préférer les sites officiels dont l’adresse est sûre, notamment qui se termine par « .gouv.fr ». Le seul site à utiliser pour les demandes de titres sécurisés (CNI, passeports, permis de conduire, …) : https://ants.gouv.fr/

Les sites trompeurs : ils promettent des prix imbattables, des gains fabuleux, mais en réalité cherchent à placer des prestations payantes non sollicitées (assurances, abonnements, crédits).

  • Les faux sites d’investissements qui promettent des rémunérations très supérieures à celles normalement pratiquées par les banques. Exemple : investir dans les vaches laitières, arnaque dénoncée par l’UFC Que Choisir en avril 2019.
  • Les sites qui proposent une prestation de très faible montant et font souscrire à un abonnement avec retrait mensuel d’une somme conséquente. Exemples : le faux site Disney + qui propose de tester les productions Disney pour 2 €, le Smartphone Samsung pour 1 €, dans les deux cas la signature cache un abonnement de 70 € par mois.

Les sites frauduleux : ils organisent de véritables escroqueries et disparaissent une fois quelques forfaits accomplis, empêchant toute réclamation des internautes piégés.

  • Les « Fake Shop » qui vendent des articles à des prix très attractifs, souvent des contrefaçons, parfois ne livrent pas la commande et disparaissent. Ils sont reconnaissables à l’affichage de logos de grandes marques tandis que les adresses ne correspondent pas à ces noms de marques.
  • Les sites de remboursement de prestations (sécurité sociale, billets de transport, …) qui réclament les coordonnées bancaires et, au lieu de rembourser, s’approprient les fonds du compte. Exemple : le remboursement des pass Navigo suite aux grèves de février 2020 ; le seul site valable est  https://www.iledefrance-mobilites.fr/actualites/ouverture-site-remboursement-navigo-greve .
  • Certains sites de mise en relation de loueurs et de clients potentiels, notamment pour des locations saisonnières. Des résidences ont été mises en location sans l’avis du propriétaire, avec photo à l’appui. Ces sites réclament en général un virement pour réserver rapidement car d’autres clients seraient intéressés. Dans tous les cas, préférer des agences réputées pour louer un bien et ne pas céder à la pression.

Pour découvrir d’autres faux sites et s’informer sur les moyens de les éviter, consulter le « vrai » site européen : https://www.europe-consommateurs.eu/fr/accueil/